MAGIC SYSTEM

#MAGICTOUR20ANS

Vendredi 01 Juin 2018 à 20h

Remboursement dans les points de vente

Réservez votre billet
Magic System
Leur nouvel album « Ya Foye »

Quand on a enchaîné les tubes et fait danser des générations entières pendant vingt ans aux quatre coins de la planète, en accumulant autant de disques d’or que d’années de carrière, il est difficile de se détacher de l’image de groupe au succès inné, mu par la seule volonté d’ambiancer les foules. Pourtant, Magic System est une réalité bien plus forte que cette simple satire de son œuvre : d’une part, la gloire et la réussite ne se sont pas construites sans difficultés ; d’autre part, la portée populaire et joviale de la musique du groupe est à contrebalancer avec sa volonté d’éveil des consciences et ses initiatives sociales et humanitaires.

Nés à Anoumabo, un quartier populaire d’Abidjan (Côte d’Ivoire), A'Salfo, Manadja, Goudé et Tino, les quatre membres actuels de Magic System, ont forgé leur histoire commune bien avant le succès, faisant de leur amitié le socle inamovible d’une carrière qui dure depuis deux longues décennies. Une longévité qui s’est construite au gré des difficultés et des efforts : on se rappelle par exemple de l’échec commercial du premier album du groupe, Papitou (1997), qui aurait pu décourager le quatuor et lui faire perdre tous rêves de gloire. Mais la musique de Magic System enseigne une chose plus que tout autre : la clé de la réussite réside dans l’espoir et dans la détermination.
C’est ce qui pousse Magic System à enregistrer un deuxième album, 1er Gaou, en 1999. La recette fonctionne en Côte d’Ivoire, ce qui conforte le groupe dans sa démarche. Animé par la volonté de toucher également le public français, il cherche alors à faire distribuer cet album dans l’hexagone. Malgré une diffusion confidentielle à ses débuts, le disque finit tout de même par toucher certains acteurs de la musique franco-africaine, et notamment le crew Bisso Na Bisso, qui invite Magic System à assurer la première partie de sa tournée sur les deux continents.
Le single 1er Gaou finit par séduire le public français : nominé aux NRJ Music Awards dans la catégorie Chanson Française de l’Année, le titre s’installe petit à petit dans les playlists des principales stations de radio, et le clip –devenu mythique, avec les apparitions de Booba ou Frédéric Chau- est plébiscité sur toutes les chaines musicales. La carrière internationale du quatuor ivoirien est lancée. Sollicité par des artistes français (113, Leslie, Soprano), des chanteurs maghrébins (Chawki, Khaled, Cheb Bilal), et des légendes de la musique ivoirienne (Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy), Magic System devient une valeur sûre de l’industrie du disque.

Une dizaine d’albums -et autant de succès commerciaux- plus tard, A'Salfo, Tino, Goudé et Manadja sont devenus de véritables ambassadeurs de la Côte d'Ivoire à travers le monde, et de parfaits représentants de la relation entre leur pays natal et leur pays d'accueil, la France. Plutôt que de s'appuyer sur leur position pour accumuler encore et encore les récompenses et les certifications, le groupe décide alors de mettre à profit sa popularité et sa capacité inouïe à fédérer dans l'intérêt des populations démunies d'Abidjan. Première étape de cette croisade en leur faveur, la création du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo en 2008, qui réunit chaque année, pendant 3 jours, des stars de la musique franco-africaine (Alpha Blondy, Amadou et Mariam, Soprano, Sexion d’Assaut, La Fouine) autour d'un projet purement caritatif. Les dons recueillis à cette occasion ont déjà permis de financer la réhabilitation et l'équipement d'hôpitaux et d'orphelinats, et de la construction de trois écoles. Une manière pour le groupe de remercier le quartier qui l'a vu grandir, et de rendre au peuple d'Abidjan une partie de l'amour reçu depuis tant d'années.
Particulièrement investis dans le développement de leur pays natal, les différents membres de Magic System sont impliqués au sein de la Fédération ivoirienne de Football en tant que conseillers, auprès de la Compagnie Nationale d’Électricité en tant qu'ambassadeurs, en plus d'être partenaires de l'Agence Emploi Jeune et soutiens de la Réconciliation Nationale du peuple ivoirien. Malgré cet activisme convaincu, récompensé par la nomination d'A’Salfo en tant qu'ambassadeur de l'UNESCO en 2012, Magic System est toujours particulièrement productif sur le plan artistique. Alors que le quatuor s'apprête à partir en tournée à travers tout le continent africain, l'arrivée du nouvel album « Ya Foye » sonne comme un nouveau point de départ : au milieu de titres parfaitement conçus pour faire le tour des clubs et ambiancer à nouveau la France entière, la musique de Magic System apparaît plus mature, mue à la fois par une ambition populaire et par une volonté toujours plus prononcée d'appeler au rassemblement des peuples et à l'espoir.

Lancé fin mars, le premier single « Ya Foye », extrait de leur nouvel album, a atteint le million de vues en moins d'un mois. Ce titre est la parfaite matérialisation de tout ce que représente Magic System : un refrain entraînant et entêtant, accompagné de textes porteurs d'un véritable message d’espoir en ces temps troublés, et rappelant à son public les valeurs principales du groupe : amour, solidarité et paix. « Donnons-nous la main pour un monde meilleur, on en a tous besoin », clament les quatre chanteurs sur une production de l'impeccable Skalp (Black M, Kendji Girac, Indila). Ambiance festive et message éclairé : un premier extrait à l'image du reste de l'album, toujours positif mais jamais ingénu.

Tout en conservant cette base issue du zouglou, la musique populaire ivoirienne, mixée à des influences particulièrement nombreuses, du rap au raï en passant par le rnb, l’électro et la pop, Magic System continue à étendre son propre univers musical, unique et inimitable. L'équilibre parfait entre une africanité marquée et assumée, pilier de l'identité du groupe, et des aspirations occidentales toujours très fortes. Cette ambivalence se pose ainsi en reflet logique de l'histoire du groupe, tracée entre Abidjan et Paris. Un parcours qui a tout du conte de fée, pour un groupe qui a commencé sa carrière en chantant dans les mariages et les matchs de football, sans jamais perdre de vue ses rêves. Une destinée racontée dans l'émouvant Ma Chance, qui rappelle une nouvelle fois l'importance de saisir sa chance, et de toujours avancer avec des intentions positives : «d'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu conquérir le monde, petit africain plein d'envie … ».
Oscillant entre ambiances club (All Around the World), hymnes dansants (Zokuba), hommages à la variété française (Le Soleil, reprise du célèbre « Toi et le Soleil de Claude François), Manadja, Goudé, Tino et A'Salfo déploient au long de cet album toute l'étendue de leur répertoire. Sommet de cet album, le titre Pépito rend un hommage somptueux à Didier Bonaventure Deigna, batteur du groupe décédé par noyade l'an dernier. Un témoignage sobre, poignant et particulièrement digne, évitant l'écueil trop solennel et éploré, attestant de toute l'intelligence artistique et émotionnelle du groupe.
Nouvelle preuve que Magic System est aussi concerné que préoccupé par les problèmes de son continent, le titre L’eau va manquer conclue magistralement l'album en appelant à un éveil nécessaire des consciences. Sécheresse (« les rivières ne font plus de bruit »), pluies acides (« y’a du poison dans la pluie qui arrive au loin »), aveuglement de l’homme (« inconscient du prix à payer ») : le groupe s’appuie sur sa popularité pour interpeller le public sur un sujet grave et bien trop souvent négligé. Malgré cette thématique alarmante, Magic System continue à teinter son message d’espoir, en rappelant que seule l’entraide et la bonne volonté (« toutes nos forces réunies, de tous les pays se donnant la main ») pourront sauver le genre humain de la catastrophe. Longtemps réduit à une image de groupe festif, spécialiste des tubes de l’été, Magic System prouve ici que l'on peut allier portée populaire de la musique et responsabilité des artistes.

Vingt ans après leur premier album, les quatre membres de Magic System sont toujours portés par une énergie incroyable, leur permettant de dépasser les frontières et de rassembler les cultures dans un grand élan de positivité. Symbole de leur capacité à faire le lien entre les peuples, le groupe est particulièrement apprécié des présidents de la République ivoiriens comme français, comme en témoignent leur participation à la victoire d'Emmanuel Macron le 7 mai dernier au Louvre, ou leur soutien à la fondation Children Of Africa -présidée par Dominique Ouattara, Première Dame Ivoirienne- à qui Magic System a dédié un single, dont les recettes ont été entièrement reversées aux enfants défavorisés d'Afrique. La preuve qu'avec un peu de bonne volonté (et beaucoup de cœur), il est possible de transformer les disques d'or en espoir pour tout un continent.
Côté pratique